Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

 « Je pensais qu’on pouvait changer le monde en écrivant des chansons »

Nous vous en parlions il y a quelques jours, nos apprentis jornalistes ont mené, à plusieurs voix, l'interview du rappeur Ismaël Métis.

Le rappeur originaire d’Aulnoye-Aymeries revient sur son parcours, ses engagements et ses projets. 

En exclusivité, voici quelques extraits ! 

 

Olivier : Dans quel contexte familial as-tu grandi ?

J’ai grandi avec mes deux parents et mes deux frères. Quand j’étais gamin, mon père faisait de la radio. Ensuite, il a travaillé dans le social. En même temps, il était impliqué dans plein d’associations. Par exemple, il a créé les Restos du cœur dans ma ville. Progressivement, c’est devenu du militantisme politique. Il a essayé de se présenter aux élections municipales avec des potes. Ils se sont fait déglinguer par les gens en place. Ils se sont tous retrouvés au chômage. J’ai grandi une bonne partie de mon enfance avec mon père au chômage et en dépression. Ma mère est ouvrière dans une usine de fabrication de cathéters. Elle doit en faire 300 par heure, à la chaîne. Elle est entrée dans cette usine avec ses copines pour un job d’été alors qu’elle avait 17 ans. Elle y est toujours mais son salaire n’a pas changé. Elle s’est quand même battue pour faire valoir ses années d’ancienneté. Elle a réussi à obtenir récemment un euro d’augmentation par année d’ancienneté : ma mère a donc 30 euros par mois en plus. 

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Antoine : On a pu lire que tu étais attaché avec tes copains à un banc sur la Place du 8-Mai. As-tu encore des nouvelles de ces copains et du banc ?

Le quartier a été détruit, sans qu’on soit consultés, le banc devait disparaître. Les grands du quartier ont réussi une nuit à déboulonner le banc pour le cacher dans le jardin d’un des grands du quartier. Je sais où il est ! J’ai peu de contacts avec les potes de ma génération car on est tous partis, on s’est perdus de vue. Il n’y a pas de boulot dans l’Avesnois, c’est un arrondissement hyper pauvre. [...] Je pense aussi qu’on a une espèce de culture de l’échec et de la critique assez typique. Par exemple, les seules personnes de mon quartier qui ont commenté mon clip YouTube, c’était pour critiquer : "Ce n’est pas ton banc, ce n’est pas toi qui squattais dessus”. J’ai dû effacer les commentaires des gens de mon quartier. Pareil, quand j’ai tourné mon clip, personne de mon quartier n’a voulu tourner dedans. Si l’un d’entre nous réussit, plutôt que de le pousser, on a un peu cette culture ou cette mentalité de le tirer. Un peu comme dans Toy Story et les petits bonshommes verts qui disent “nous vous devons une reconnaissance éternelle” ! [rires].

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Yapo : Quel genre de lycéen étais-tu ? 

J’ai fait une première et une terminale L dans un lycée privé duquel je me suis fait virer. J’étais turbulent, quand je n’étais pas d’accord, je le disais. Au lycée, j’étais déjà comme je suis aujourd’hui. J’étais debout en classe, je m’ennuyais vite, je parlais beaucoup comme maintenant ! Mais j’étais doué pour l’école, j’avais de bons résultats, j’avais tout en claquant des doigts. C’est pour ça que j’ai du mal à être travailleur aujourd’hui. Je me suis aussi beaucoup amusé au lycée, où j’ai commencé à faire du rap et où j’ai rencontré des gens avec qui je rappe encore aujourd’hui. 

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Laure : Dans un de tes clips, on t’a vu manifester porte de Paris à Lille. Étais-tu déjà aussi engagé au lycée qu’aujourd’hui en tant qu’artiste ?

Je suis fils de militant. Je suis tombé dedans quand j’étais petit, comme Obélix. Les chiens ne font pas des chats. Dès qu’il y avait une injustice à l’école ou au foot, qu’elle me concerne moi ou un autre ou une autre, j’étais toujours dans les premiers à le dire.

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Zacharie : Quand as-tu découvert le rap ?

Ça n’était pas du tout la musique la plus écoutée comme aujourd’hui, c’était confidentiel et c’était même assez mal vu. J’ai découvert le rap de plusieurs façons différentes. J’ai découvert à la radio le tube de Disiz, “J'pète les plombs”. J’ai aussi découvert le rap grâce aux grands du quartier. C’était l’époque d’IAM, NTM, Assassin. Enfin, mon père avait plein de cassettes audio - je le raconte dans le titre “Hommage à mes référents”- je trouve une cassette d’IAM qui s’appelle “J’aurais pu croire”. Ça m’a beaucoup parlé. 

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Mariam : Comment définirais-tu ton rap ?

C’est super dur. Souvent je dis “rap poétique et politique”. Les mots se ressemblent et disent pas mal de mon rap. Des fois, je ne parle pas de politique, même si tout est politique, peut-être que ça représente 30% de mon rap. Tout le reste, c’est sur ce que je vis, qui je suis, mes pensées et mes aspirations comme n’importe quel artiste. En vérité, c’est déjà politique ça. 

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Jannah : Tu l’as dit, tu milites contre les discriminations, le capitalisme, les inégalités hommes-femmes… Ton histoire personnelle est-elle à l’origine de cet engagement ?  

Totalement. Il y a deux oppressions que je vis et une que je ne vis pas : les inégalités femmes/hommes. Je me suis rendu compte que toutes ces inégalités étaient liées, ce sont les mêmes personnes qui nous les font vivre. 

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Fatima-Zohra : Tu as créé en 2014 la compagnie Trous d’Mémoires. Peux-tu nous en parler ?

 

Je l’ai créée avec un travailleur social, un grand de mon quartier. On crée une compagnie à but social et artistique. On veut travailler sur les mémoires, notamment les mémoires tues et oubliées : les mémoires d’immigration, les mémoires ouvrières, les mémoires féminines, qui sont souvent féministes... en créant, produisant, diffusant des spectacles vivants.  

/////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Antoine : Quel regard portes-tu sur la situation sociale actuelle en France ?

Je le dis dans Parabole : “Je les vois venir les sombres heures, laisse-moi te dire ce qui me fend le cœur”. Sans être alarmiste, je suis complètement terrifié. J’ai très peur. Ça n’est pas une peur irrationnelle mais une peur du cerveau. La situation actuelle me fait très peur et ça ressemble un peu trop, à mon goût, à ce qui nous amène petit à petit vers une politique où on mettra des gens dans des camps. Par exemple, vous vous en souvenez peut-être, quand on a passé l’état d’urgence, des gens ont été assignés à résidence pendant des mois, sur la base de suspicion. Personne n’a défendu ces gens-là. Il n’y a pas eu de manifestation. Personne ne s’est battu contre ça. C’est ce qui me fait peur. Ça me fait penser à un poème écrit par un pasteur protestant pendant la Seconde guerre mondiale : “Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit parce que je n'étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit parce que je n’étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit parce que je n'étais pas syndicaliste. Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour protester.” On est en plein dedans. Maintenant, c’est à vous, les jeunes, de vous battre et de résister pour nous !

 

 

Des échanges riches, appreciés de chaque côté, qui auraient presque pu se prolonger quelques heures de plus... Mais c'est le jeu de l'interview !